CAMPUS

Et si le véritable luxe, c’était la rareté ?

"La véritable authenticité d’un lieu passe par les personnes qui l’animent." Cynthia Groggia, diplômée de Vatel en 2013 et Coordinatrice F&B de l'InterContinental de Genève*****


Et si le véritable luxe, c’était la rareté ?

Vous souvenez-vous de cette jolie étudiante qui vous faisait visiter Vatel Nîmes et son hôtel d’application 4 étoiles en 2011 ? Cynthia Groggia a depuis brillamment obtenu en 2013 son diplôme mention Bien et s’est fait embaucher la même année en qualité de F&B Coordinator & Administrative Executive par l’InterContinental 5 étoiles luxe de Genève.

***

Comment vous-avez obtenu votre premier emploi ?

J’ai rencontré mon mari lors de mon stage de fin d’études au Normandy Barrière 5* de Deauville où j’étais Duty Manager. A la fin des 6 mois, je l’ai suivi en Suisse où le DRH de son entreprise, l’Intercontinental Genève - avait gentiment proposé de communiquer mon CV aux autres services RH  des 5 étoiles la ville. Il m’a avoué plus tard, l’avoir jalousement conservé car il le trouvait très intéressant et m’a proposé un poste sur-mesure en corrélation avec mes expériences précédentes. 

Ce poste consiste à seconder le Directeur de la Restauration sur les parties administratives et créatives de ses fonctions tout en coordonnant les différents services de l’hôtel : 300 employés pour tout l’hôtel et 100 collaborateurs en F&B à suivre sur les fins de période d’essai, arrivées, départs, formations, évaluations de compétences, etc.

 

Quel serait votre top 3 des qualités à acquérir pour réussir à ce poste ?

Outre les connaissances techniques acquises durant la formation Vatel et les stages en entreprise, ce poste demande une grande organisation et une rigueur quotidienne. Une personne organisée ne cède pas à la panique, elle est capable de gérer des situations d’urgence sans précipitation, avec raisonnement et efficacité. Je me dois d’être irréprochable et de toujours conserver la confiance de mes supérieurs qui n’ont pas le temps de vérifier tout ce que je fais.

La « débrouillardise » sur ce genre de poste est une vraie question de survie car sinon on reste bloqué et les problèmes grandissent plutôt que de se résoudre. Je me dois de toujours chercher par moi-même les solutions et, si possible, d’anticiper les problèmes. Quoi de mieux, que de devancer un problème pour ne pas avoir à le résoudre ?

Enfin l’empathie et l’assertivité : s’adapter aux attentes de ses collaborateurs en se mettant à leur place est la clé de la réussite pour travailler dans le respect et l’efficacité. 

 

Le sujet de votre mémoire était : « Comment faire de l'authenticité un luxe ? » : quelle réponse donneriez-vous aujourd’hui ?

Le retour à l’authentique est pleinement d’actualité. C’est un outil marketing très utilisé en ce moment, notamment avec la tendance « fait-maison ». Les professionnels de l’hôtellerie cherchent aussi à surfer sur cette vague pour attirer une nouvelle clientèle dans leurs établissements qu’ils redécorent pour donner un sentiment de « comme à la maison » à leurs clients.

Mais la véritable authenticité d’un lieu passe par les personnes qui l’animent. Celles qui sont vraies et qui ne cherchent pas à « faire » du bio, du rustique, du traditionnel de manière artificielle, mais qui offre simplement un accueil chaleureux et naturel. Les hôteliers qui ont cette capacité sont bien moins nombreux que l’on ne peut l’imaginer et le véritable luxe, c’est justement la rareté.

 

Qu’est ce qui avait orienté vos choix vers l’hôtellerie et la formation Vatel ?

J’ai toujours eu à cœur de recevoir à la perfection mes convives tout en maintenant une vraie chaleur humaine, une empathie et une certaine simplicité. En cela, l’hôtellerie de luxe était pour moi une véritable vocation.

Ce sont les étudiants et les Vatéliens qui m’ont donné envie de suivre leur formation. Je me reconnaissais en chacun d’eux, tant par leur prestance, leur sympathie que dans cette habileté à partager avec humilité leurs parcours et leurs réussites. En complément de mes recherches, je m’étais approchée du Directeur de la Restauration du Plaza Athénée, qui m’avait cité Vatel comme son vivier référent. L’estime des professionnels pour la formation Vatel est la preuve de sa grande qualité.

Une fois l’école intégrée, nous avons tout le loisir de le vérifier et d’apprécier pourquoi tous ces professionnels ne pouvaient que nous conseiller Vatel. Quand vient notre tour de répondre aux questions des plus jeunes, c’est avec plaisir et conviction que nous pouvons nous aussi chaleureusement recommander l’école. Je me rends compte aujourd’hui, étant devenue professionnelle à mon tour, à quel point les étudiants Vatel ont de quoi être appréciés tant les valeurs qu’ils véhiculent se font rares mais sont communes à tous : sens du travail, esprit d’équipe, modestie et savoir-faire. On mesure toute la force de l’enseignement Vatel quand on s’aperçoit une fois embauché à quel point nous sommes précieux pour nos employeurs.

L’enseignement Vatel est à la fois très large et très pointu. Les enseignants qui viennent donner leurs cours théoriques ou ceux qui encadrent les étudiants en cours de pratique sont tous des professionnels reconnus très compétents et pédagogues. Nous pouvons nous en rendre compte dès le premier stage, car nous prenons conscience de la qualité de l’enseignement que nous avons reçu et des valeurs qui nous ont été transmises, immédiatement appréciées de nos collègues et supérieurs.

 

Quel est votre meilleur souvenir ?

Je n’en ai pas de meilleur, ils sont tous bons. Cependant je dois avouer qu’à chaque nouvelle année je me remémore avec nostalgie le réveillon 2011 durant lequel j’officiais en tant que Chef de rang pendant ma semaine de pratique au restaurant gastronomique, dans l’une des salles de conférence du dernier étage de l’Hôtel Vatel. Ce qui était magique, c’était l’adrénaline et la frénésie du service associées à cette ambiance festive !

 

Comment voyez-vous l’avenir ?

Nous avons comme projet, mon mari et moi, d’ouvrir dans une dizaine d’années notre propre établissement hôtelier en Normandie,  notre région de cœur.  Mais pour ce faire il nous faut encore nous perfectionner.

Dernière minute : après 1 an ½ à l’InterContinental, Cynthia travaille désormais dans une société de management qui développe entre autres, des complexes hôteliers de luxe, des points de vente d’agro-alimentaire et des restaurants. Encore en période d’essai et sous clause de confidentialité, elle nous dévoilera prochainement le nom de sa nouvelle entreprise. « Je suis ravie d’avoir rejoint cette petite structure qui m’offre une grande polyvalence : RH, gestion de fortunes, plan Marketing, études terrains et bien d’autres choses ! »

 

JPO/SALONS VOTRE INTERLOCUTEUR
Contacter ce campus

In Charge of Recruitment
Admissions Department
Pierrefonds
Quatre Bornes (Plaines Wilhems) - MU

Contacter ce campus
+230 427 43 63
TROUVEZ VOTRE FORMATION

EN TROIS ÉTAPES
Quelques clics
suffisent !

MARCO POLO
Etudiants,
ouvrez-vous
à l’international

En savoir +
2e cycle spécialisation
Directeur d'hôtellerie internationale

En savoir +